Un jour j'ai dû marcher dans l'herbe tendre

Par CAROLINA SCHUTTI


présenté par le Forum Culturel Autrichien


Biographie :

Carolina Schutti est née à Innsbruck. Après son doctorat sur Elias Canetti et plusieurs années dans l’enseignement, elle se consacre à son œuvre littéraire.

Son premier roman Wer getragen wird, braucht keine Schuhe sort en 2010 et son premier recueil de nouvelles Eulen fliegen lautlos en 2015. Schutti a reçu plusieurs prix, dont le Prix de littérature de l’UE 2015 pour son deuxième roman, Un jour j’ai dû marcher dans l’herbe tendre.


Résumé :

Un village dans l'ombre et une tante qui ne parle pas du passé : c'est dans ce monde que, du jour au lendemain, Maïa se retrouve plongée. Avec la mort prématurée de sa mère biélorussienne, c'est aussi sa langue qui se perd. Maïa ne comprend pas la tante qui désormais s'occupe d'elle. Dans la maison isolée, il n'y a pas beaucoup de distractions pour cette petite fille introvertie. Marek, un ancien travailleur forcé polonais, est le seul chez qui elle trouve chaleur et affection. La musique de la langue qu'il parle réveille en elle les souvenirs de ses propres racines oubliées, de la langue perdue de sa petite enfance :



« Je ne suis pas revenue, je n’ai pas pu, on m’a donné une matriochka qui ressemble beaucoup à la vieille, à celle que ma tante peut-être avait cachée ou jetée. Je l’ai ouverte et j’ai posé toutes les poupées les unes à côté des autres. »



En langue originale : Einmal muss ich über weiches Gras gelaufen sein

Traduit par : Jacques Duvernet

Année de parution : 2012

Edition : Le Ver à Soie

Extraits interprétés par Constance Parra, comédienne