top of page

BILLY O’CALLAGHAN

PARFOIS LE SILENCE EST UNE PRIÈRE Traduit de l’anglais (Irlande) par Carine Chichereau

Christian Bourgeois éditeur, 2023


18h20 : rencontre avec l'auteur

18h40 : session de dédicaces

19h00 : lecture à l'oreille


Présenté par le Centre Culturel Irlandais


© Hedwig Schwall



SUR L'OEUVRE :

Au milieu du xixe siècle, à juste seize ans, Nancy quitte la petite île de Clear pour laisser derrière elle son enfance marquée par les famines et la mort. Elle trouve un emploi à Cork, dans le sud de l’Irlande, mais quand elle tombe enceinte après s’être laissé séduire par le jardinier, sa vie prend une tournure dramatique. Son destin, et celui de ses enfants et petits-enfants, sera marqué par la misère et la honte, mais aussi par le courage et la volonté de vivre dignement. Dans ce triptyque romanesque, Billy O’Callaghan retrace trois générations d’une même famille – la sienne – pour nous raconter trois moments charnières de l'histoire irlandaise: le lendemain des grandes famines, la veille de l’indépendance et l’aube de la modernité. Un roman poignant sur l’humanité des gens simples en quête de rédemption.



SUR L'AUTEUR :

Billy O'Callaghan est né en 1974 à Cork où il vit toujours. Après la publication de plusieurs recueils de nouvelles, c'est son roman Les amants de Coney Island (Grasset, 2019) qui l'a fait connaître dans un grand nombre de pays.


CITATION :

Quand j’étais petit, j’aimais écouter le vent. Avec le temps, ce bruit est devenu celui de mon enfance. Puisque je ne parvenais pas réellement à définir sa forme, je lui ai donné la mienne, j’ai transmis au vent une identité semblable à la mienne mais plus âgée, et j’ai tenté par tous les moyens de donner du sens à cela, à sa provenance. J’ai tissé un fantôme à partir de nombreux fils anonymes qui me constituaient afin, je suppose, de créer une sorte de récit, de lignage. La voix qui incarnait le vent selon moi n’était pas jamais forte, mais elle était nouvelle et en quelque sorte familière, comme toutes ces vieilles chansons que j’écoutais. Et en cherchant ainsi, je me suis pris à croire que c’était là une partie manquante de moi-même, celle qu’on n’avait par ailleurs pas voulu m’accorder.








PLUS D'INFORMATIONS :

Centre Culturel Irlandais : https://www.centreculturelirlandais.com

Christian Bourgeois éditeur : https://bourgoisediteur.fr









Comentarios


bottom of page