top of page

XAVER BAYER

LA VIE AVEC MARIANNE Livre traduit par Éric Faye

Les Éditions Éditions du Faubourg, 2022


15h40 : rencontre avec l'auteur

16h00 : session de dédicaces

16h20 : lecture à l'oreille


Présenté par le Forum Culturel Autrichien


© Klaus Pichler



SUR L'OEUVRE :

C’est notre monde, le monde actuel. Sauf qu’un jour, votre sous-sol prend des airs de labyrinthe tandis que votre ascenseur dispose de qualités ascensionnelles pour le moins inattendues. Sauf que deux drones planent au-dessus de votre tête, obstiné- ment. Et attention, en sortant de votre salle de bains, à ne pas vous retrouver dans un appartement qui n’a plus rien du vôtre... Telle est la vie du narrateur avec Marianne. Tel est l’univers de Xaver Bayer qui, dans ce roman brillant, fait des détours par l’ab- surde et le fantastique, pour nous parler de nous-mêmes, égarés dans cette époque pleine de trappes et qu’au fond, nous ne com- prenons pas vraiment. Sur un ton doucement ironique, Xaver Bayer rédige le journal de nos peurs et nous livre une description délicieusement ludique de l’existence.

Éric Faye, traducteur.



SUR L'AUTEUR :

Xaver Bayer est né en 1977 à Vienne. Auteur de romans, récits et pièces de théâtre, il est diplômé en philosophie et a publié dans de nombreuses revues. Son dernier roman, Geschichten mit Marianne en version originale, a reçu le

Prix du livre autrichien en 2020.


SUR LE TRADUCTEUR :

Éric Faye est un écrivain français, auteur de nombreux romans remarqués. Il a notamment reçu le Grand prix du roman de l’Académie française en 2010, pour Nagasaki (Stock). Il nous offre ici sa première traduction après une formation de traducteur littéraire de l’allemand.


CITATIONS :

Sogar die Erinnerung an ihr Gesicht und an ihren Körper ist mir abhanden gekommen. Anfangs ist sie bloß ein bisschen diffuser geworden, aber dann sind mir ihre Eigenheiten, alles was mir an ihr immer so vertraut war, langsam aus meinem Bewusstsein verschwunden […] Marianne? Oder doch Marlen oder Madeleine oder Magdalena? Ich bin sogar im Zweifel, ob ich Marianne überhaupt je begegnet bin oder ob sie nicht einfach nur eine Ausgeburt meiner Phantasie ist.“


Même le souvenir de son visage et de son corps s’est dissipé. Au début, son image s’est juste un peu estompée, mais ensuite, ses particularités, ce qui chez elle m’était si familier, tout cela a disparu lentement de ma conscience […] Marianne? Ou plutôt Marlen ou Madeleine, ou Magdalena? Je me demande même si j’ai jamais rencontré Marianne ou si elle n’est pas tout bonnement le fruit de mon imagination.



PLUS D'INFORMATIONS :

Forum Culturel Autrichien : https://austrocult.fr










Commentaires


bottom of page